Islamistes et Frontistes



logo

Islamistes et Frontistes, héritiers d’une même idéologie

Dans l’Islam, le salafisme représente une secte déviante dérivée du sunnisme. Cette secte a perverti le message du prophète pour créer un mouvement violent et inhumain prêt à occire tous ceux qui ne partagent pas leurs vision de l’Islam. 80% des sites internet présents sur la toile sont d’inspiration salafiste. Ce courant de pensée inspire la plus grande part du terrorisme islamique.

En France, le Front National, tel un coucou, s’est niché au cœur de la République pour pervertir ses valeurs et s’approprier ses symboles. Le mouvement, qui prône une idéologie de nature sectaire, envisage de gouverner par la violence une fois parvenu au pouvoir. Pour y parvenir, le F.N. s’efforce de dissimuler la vrai nature totalitaire et raciste de ses élus, mais quelques dérapages verbaux significatifs nous confrontent épisodiquement à cette évidence.

Islamistes et frontistes ont en commun le culte du chef, l’antisémitisme, la glorification de la force, la manipulation d’une jeunesse généreuse et exaltée ou en manque de repères, des rituels d’apparence mystique et une défiance de la culture, des éléments de l’idéologie détaillée par Adolphe Hitler dans « Mein Kampf ».

En Europe, les personnalités politiques qui lient le problème du terrorisme à celui des réfugiés des pays dévastés par l’action meurtrière des islamistes, rappelle le rejet des juifs dans l’opinion publique généré par la montée du nazisme dans la première moitié du XXème siècle.

Le problème

En France, les dérapages verbaux de Jean-Marie Le Penn et de quelques-uns de ses compagnons de route révèlent leurs inclinations pour l’idéologie de la France de Vichy et pour celle du IIIème Reich. Ce ne sont pas les contorsions de sa fille Marine, pour maquiller le Front National et lui donner une apparence de respectabilité démocratique, qui y changent quelque chose. Pour tenter de faire oublier les côtés les plus détestables du Front National, il est envisagé de changer son nom en « Les patriotes ». Cette mesure rappellerait la propagande nazie qui mythifiait le militant nazi pour en faire un héros. En France, la propagande consisterait à faire penser que les « patriotes » sont de bons Français, contrairement à leurs adversaires. De nombreux Français ignorent cette réalité et tombent dans le piège tendu par les idéologues du Front National. Aymeric Chauprade, un franc-tireur issu du Front National envisage de créer un nouveau Parti:Les Français libres. L’individu a tout compris en matière de manipulation d’opinion. Son programme va de la désislamisation au rapprochement avec la Russie. L’idéologie frontiste, dissimulée sous les appellations de Patriotes et de Français libres serait en état de marche pour abuser l’opinion à l’occasion des prochaines présidentielles sur la base d’une véritable escroquerie intellectuelle.

En dépit des consignes données aux élus du Front National pour dissimuler leur idéologie (comme celles données aux terroristes islamistes avant qu’ils ne passent à l’acte), dans le but d’endormir les électeurs avant la prochaine présidentielle, le naturel revient au galop. Quelques nouveaux élus au sein des conseils municipaux et régionaux ne peuvent résister au besoin de clamer leurs convictions racistes et leur rejet xénophobe.

Sayyid Qutb, un membre des Frères musulmans, est devenu l’un des idéologues les plus influents de l’islam fondamentaliste avec son ouvrage « Notre combat contre les juifs », un livre qui tire son inspiration de  Mein Kampf (mon combat). Sayyid Qutb a inspiré Al-Qaida et d’autres organisations terroristes de même nature. Après la Seconde Guerre mondiale, les partis Baas en Irak et en Syrie, admirateurs du modèle politique du IIIème Reich ont recruté des militaires nazis pour organiser leurs armées. En Irak, des réseaux baasistes ont survécu à Saddam Hussein et certains officiers ont rejoint Daech. En 1996, le négationniste français Roger Garaudy reçut un accueil triomphal à l’occasion d’un voyage eu Moyen Orient. Il fut reçu par de nombreuses personnalités religieuses dont le grand imam de la mosquée Al Azhar au Caire.

En France, le but du terrorisme islamiste est de faire croître la peur par ses attentats et de semer les ferments d’une guerre civile entre français (les blancs contre les autres ou les Français de culture chrétienne contre ceux de culture musulmane). Le Front National joue de cette peur et souffle sur les braises de la discorde pour gagner les suffrages influencés par la colère ou la haine. Le Front National et les islamistes, prennent les Français en otage, chacun tirant son propre bénéfice du climat d’insécurité entretenu dans la population. Cette collusion de fait ne semble pas interpeller le Gouvernement.

La solution proposée par l’exécutif.

De son côté, que nous propose le Gouvernement, aux ordres du Président de la République ? Ce dernier occupe l’espace médiatique en multipliant les hommages aux victimes, les célébrations mémorielles et les interventions anxiogènes jusqu’à décréter un état de guerre sur le sol national. Cette décision immobilise l’armée française face à une poignée de petits délinquants de banlieue radicalisés pendant leurs séjours en prison. La prolongation de l’état d’urgence permet plus surement de limiter les manifestations de protestation et de contrôler l’opposition écologiste à Notre Dame des Landes, qu’à inquiéter les islamistes. Les soldats et commandos, formés à la mobilité et aux interventions extérieures bien ciblées, se transforment  en îlotiers ou en gardiens d’immeubles dans les grandes villes de l’Hexagone. Il y a une guerre déclarée par la barbarie religieuse contre la civilisation, mais le terrain des opérations militaires se situe en Afrique et au Moyen Orient. Pour occuper le débat public, le Président créer une lamentable polémique institutionnelle sur la déchéance de nationalité, une mesure purement symbolique et sans portée réelle sur les terroristes. L’effet le plus probable de cette mesure est l’expression d’un racisme culturel envers les binationaux de culture musulmane. En matière de cohésion nationale il y surement mieux à faire que d’accentuer une cassure entre Français de religions et d’aspects différents. En son temps, Charles de Gaulle avait été déchu de la nationalité française par le Gouvernement de Vichy. Les déchus pourront se vanter d’avoir quelque chose en commun avec le Général, l’idole nationale de la France. Les astuces politiciennes masqueront-elles suffisamment longtemps l’inconsistance du Présidents face aux turbulences que traverse le pays, pour lui permettre de se représenter aux prochaines élections présidentielles ? Pour préserver la prochaine candidature du Président, ses proches œuvrent pour l’annulation des primaires internes promises aux socialistes. Le risque de participer au succès de Marine Le Penn ne semble pas les effleurer. Si cette éventualité devenait réalité, cette action  couronnerait un quinquennat dont l’action principale aura consisté à renier les engagements pris pendant la campagne présidentielle et à détricoter les valeurs humanistes et sociales qui charpentaient l’identité du Parti socialiste.

Pour l’honneur des socialistes et le respect de leurs valeurs fondamentales.

Député du Morbihan, Philippe Noguès, par fidélité à son engagement socialiste, a claqué la porte du Parti qui avait perdu son identité. Dorénavant non inscrit, il s’est retrouvé privé de bureau et des moyens pratiques de ses anciens collègues, relégué dans un réduit sous les toits de l’Assemblée. Mais le Breton n’a pas perdu son âme socialiste et espère voir des déçus du Président Hollande et de sa garde rapprochée rassemblée derrière le très droitier Manuel Valls et le banquier d’affaire de chez Rothschild Emmanuel Macron  , le soutenir sous la bannière d’une nouvelle association intitulée « Voix de gauche ».

http://www.voixdegauche.fr

Kan ar Peulvan 13 janvier 2015

dernière mise à jour le 29 mars 2016