Symboles celtiques



Explication de quelques symboles celtiques moderne.

 Les symboles celtiques, comme tous les symboles, sont au cœur de l’imaginaire, ils ouvrent l’esprit sur l’infini. Le symbole échappe à l’immobilisme, il est vivant et demande à être apprivoisé. Tout geste, tout objet peut être investi d’une valeur symbolique.

Pommier

Le sel. Le grain de sel qui se dilue dans l’eau est le symbole tantrique de la résorption du moi dans le Soi universel. Le symbolisme du sel s’applique à la loi de la transmutation physique comme à la loi des transmutations morale et spirituelle. Le partage du sel a valeur de communion dans un lien de fraternité. Le sel est symbole d’amitié et d’hospitalité. Le sel, comme l’eau, purifie symboliquement les lieux et les objets qui auraient été souillés.

Le cercle est le signe de l’Unicité principielle, il symbolise l’unicité de l’Univers. Outre les quatre directions cardinales et les deux directions de l’axe du monde (zénith et nadir), la croix celtique comporte différents cercles. Au centre, un petit cercle symbolise le passage de l’axe des mondes. En limite extérieure, est un second cercle dans lequel est inscrite la croix. L’espace compris entre ces deux cercles est appelé Abred. Cet espace symbolise le Monde sensible du vivant et l’Autre Monde des disparus, l’anaon des Bretons, dans une intime imbrication. L’espace extérieur à ce deuxième cercle symbolise le tout intégral et ne comporte ni limites ni directions. Le cercle se trace symboliquement en présentant son côté droit à l’assemblée située à l’intérieur du cercle. Tracé dans l’autre sens, il aurait une signification néfaste. Les déambulations, telles les troménies, répondent à la même exigence.

Le chaudron. Le Chaudron d’abondance qui dispense une nourriture inépuisable (nourriture spirituelle), est le symbole d’une connaissance sans limites. Le chaudron est cité dans la littérature orale des Celtes d’Irlande, associé au Dagda, le Dieu Efficace-Seigneur de la science. Dans le chaudron, comme dans le creuset de l’alchimiste, les éléments se transforment par leurs interactions. Le chaudron est aussi le réceptacle de l’eau et de sa force magique. Le chaudron du Dagda peut être considéré comme l’ancêtre du Saint Graal de la tradition chrétienne.

Le chaudron

Le chaudron

Les quatre éléments.

Symboliquement, la matière primordiale adopte l’un des quatre modes qualitatifs élémentaires sur tous les plans, y compris psychique et spirituel. Terre, eau, air et feu sont les éléments présents dans la nature intérieure de chacun.

La terre : poussière d’étoile agglomérée, symbole de fertilité. La Terre, matrice dans laquelle germe la Vie est la Grande Mère nourricière.

L’eau : source de vie, moyen de purification et centre de régénérescence. L’eau, masse indifférenciée représente l’infinité des possibles. L’eau lustrale est symbole de pureté passive. La proximité de l’eau porte à l’introspection et à la révélation. Chez les Celtes, le bord de l’eau est la lisière de l’Autre Monde.

L’air : intermédiaire entre le ciel et la terre représente le monde subtil. Le vent est le souffle de l’inspiration. L’air est symbole de spiritualité.

Le feu est à la fois destructeur, transformateur, purificateur et régénérateur. Le feu symbolise les passions. Le feu représente le soleil, pour la lumière et la chaleur nécessaires aux cycles de la nature. Chez les Celtes, la garde et l’entretien du feu sacré étaient confiés à une prêtresse.

Terre, eau, air et feu sont associés à la vie sous toutes ses formes.

Le pain et le chouchenn

Le pain associe pour sa réalisation les éléments de la nature, terre, eau, air et feu au génie de l’esprit humain. Le pain se rapporte à la vie active.

Le chouchenn est l’hydromel, la boisson d’immortalité. C’est le symbole celtique moderne de la vie contemplative mais aussi de la quête spirituelle.

plat et coupe

blé-pain-pomme-chouchenn

A une époque très reculée, les boissons « sacrées », Soma en Inde, Haoma en Iran ou Ambroisie en Grèce, étaient élaborées à partir de jus de plantes hallucinogènes et toxiques. Ces boissons provoquaient hallucinations et ivresse « sacrée » pour provoquer un changement de niveau de conscience. Leur consommation était réservée à la petite élite sacerdotale. Les chamans avaient recours à ces boissons pour accéder à leurs visions.

Le partage du pain et du chouchenn entre les participants et son offrande symbolique aux forces de la nature, expriment la communauté de destin de l’humain et de son environnement naturel sur la planète.

La pomme, fruit mythique de science, de magie et de révélation est une nourriture merveilleuse liée à l’Autre Monde des Celtes, symbole de renouvellement et de perpétuelle fraîcheur.

Vêture et attributs du druide.

Le vêtement blanc du druide sacerdotal symbolise la droiture morale et la sapience, de la même façon que pour le druide antique. La valeur symbolique du vêtement reste dépendante de la personnalité de celui qui le porte.

imm011_11

Le druide Kano

Le tribann symbolise l’énergie cosmique. Le bâton dont la partie supérieure forme trois branches divergentes, symbolise les énergies telluriques. La réunion de ces deux symboles inversés place symboliquement le druide au point d’équilibre entre ces deux énergies.

Le bâton représente symboliquement l’arbre axe du monde autour duquel se développe la spirale du temps. Le bâton est l’instrument du druide sur le gué entre les deux rives de la vie, pour sa fonction d’accompagnement au « Passage ».

Au début de chaque cérémonie familiale, le druide en précise l’objet, fixe le lieu dans le temps et l’espace en énonçant la date et en nommant l’endroit où se déroule la cérémonie.

Formule bretonne d’ouverture des cérémonies et devise du druide

Dindan eol lagad an deiz

Sous le soleil œil du jour

Ar gwir a-eneb ar bed

Le vrai pour l’honneur de l’existence

Gwyon mab Wrac’h