Mariage druidique



Mariage druidique

La cérémonie celtique du mariage n’est pas un sacrement religieux. Elle se déroule en extérieur, associant le sacré de la vie des humains au sacré de la nature. La solennité de la cérémonie est marquée par des symboles en rapport avec la culture celtique.

La philosophie et la spiritualité que portent les cérémonies celtiques modernes, reposent sur le respect et la compréhension des humains entre eux, avec leurs différences. Le druide est un artisan du rituel, ce qui fait que chaque cérémonie est différente en fonction de la personnalité du druide.

(Photo avec l’autorisation de madame Bernadette Le Scouëzec) Mariage druidique de Gwenc’hlan, cinquième Grand druide de Bretagne et de sa compagne Bernadette, à la pointe de Lost Marc’h dans la presqu’ile de Crozon à la pointe du Finistère. La cérémonie est conduite par Per Vari Kerlo’ch, le Grand druide adjoint.

(Photo avec l’autorisation de madame Bernadette Le Scouëzec) Mariage druidique de Gwenc’hlan, cinquième Grand druide de Bretagne et de sa compagne Bernadette, à la pointe de Lost Marc’h dans la presqu’ile de Crozon à la pointe du Finistère. La cérémonie est conduite par Per Vari Kerlo’ch, le Grand druide adjoint. du Gorsedd de Bretagne

Explication du sens de la cérémonie

Les Celtes pratiquaient le mariage à l’essai durant une période qui pouvait durer deux années, avant d’officialiser leur union. Cette ancienne coutume celtique, de simple bon sens, est en accord avec les usages modernes, pour des périodes souvent plus longues.

Dans la société celtique, le mariage est un contrat de vie en commun, par lequel deux personnes s’engagent, avec courage, dans un parcours exempt d’avarice et de jalousie.

Cortège en direction du lieu de la cérémonie

Le couple est réuni pour fonder une famille et participer à la perpétuation du clan et, plus largement, de l’espèce des humains. Dans le couple moderne, l’attirance physique et sentimentale semble avoir pris le pas sur la fonction procréatique. De nos jours, le mariage druidique est l’occasion de célébrer le nouveau couple, entouré des deux familles et de leurs amis.

Aucun être humain ne peut prétendre être propriétaire d’un autre être humain ni avoir la maîtrise des sentiments de son conjoint tout au long de leur vie commune. Les époux s’engagent à vivre dans le respect l’un de l’autre, selon les valeurs humaines universelles. La passion amoureuse a rassemblé le couple, l’estime réciproque constitue un gage de solidité pour la vie en commun. La longévité du couple se mesurera souvent aux concessions mutuellement consenties.

Détails pratiques

La cérémonie se déroulant en plein air, il est important d’en informer le maire de la commune quand elle se déroule sur un espace public.

Un accompagnement musical peut contribuer à créer une ambiance qui participe à l’émotion (biniou, bombarde ou harpe).

mariage M A 2010

Accompagnement musical

Quelques mois avant la cérémonie, les détails de la cérémonie sont définis en commun entre les futurs époux et le druide officiant. Chaque cérémonie est différente, construite autour d’une trame philosophique et d’un symbolisme celtique.

La cérémonie

Le lieu peut être symboliquement purifié par la projection d’eau ou de sel dans les quatre directions cardinales. Un cercle peut être tracé autour des participants, à partir de l’Est, dans le sens des aiguilles d’une montre, pour souligner l’ambiance de spiritualité de la cérémonie qui s’y déroule.

Les participants peuvent convoquer le souvenir des parents défunts à participer à la fête.

Le druide commence la cérémonie par une petite allocution dans laquelle il livre une vision philosophique et réaliste du couple contemporain. Il insiste sur les nécessaires concessions réciproques et le respect au sein du couple.

COR02533

Mariage par les druides de « Ar re eus an Avalenn » (Ceux du pommier)

Des lectures de textes choisis ou de poèmes peuvent être faites par les témoins.

Dans le chaudron, placé au centre de la cérémonie, sont mis tour à tour les quatre éléments, terre, eau, air et feu. Ces éléments sont présents dans la nature intérieure de chacun et participent de l’œuvre initiatique individuelle. Le chaudron symbolise le creuset dans lequel s’effectue la fusion des deux individualités pour former le couple. Pain, chouchenn et pomme peuvent s’inscrire dans le rituel.

Les fiancés affirment que c’est librement qu’ils font l’un à l’autre leur demande d’union pour une vie en commun. Ils indiquent les garants celtiques traditionnels qu’ils ont choisis pour leur contrat : éléments, forces de la nature, astres.

L’union est ensuite proclamée « sous le soleil œil du jour » et « en vérité pour l’honneur de l’existence »

A la fin de la cérémonie, le cercle est tracé une nouvelle fois, toujours de la même façon, pour rendre le lieu à sa destination première.

Gwyon mab Wrac’h

Liens- www.gorsedd.fr 

contact: gwionmabwrach@orange.fr