Front National et Noël breton



Noël breton 2015, avec le Front National

logo

Les responsables politiques du Front National réfutent véhémentement toute comparaison avec les idéologies contraires à la dignité humaine, comme celles des nazis ou des islamistes.

Comparaison n’est pas raison…..mais tout de même !

Sur le plan historique, le Parti national socialiste allemand fondé en 1920 est le Parti des travailleurs classé à l’extrême droite. Le Parti utilise une rhétorique populiste qui désigne les « ennemis », les juifs et les étrangers( pour le FN, ce sont aujourd’hui les immigrés, les réfugiés les musulmans etc. …). Les leaders  du Parti national socialiste les rendent responsables de tous les maux du pays, avec des thèmes nationalistes et antimondialistes ( nationaliste et anti-Union européenne pour le FN). Les artistes et les intellectuels (establishment, UMPS pour le FN) sont jugés néfastes pour le pays. Les spectacles, théâtres, cinémas et cabarets sont jugés contraires à l’honneur de l’Allemagne (culture sous surveillance et suppression des subventions dans les villes gagnées par le FN).

Le « Parti de travailleurs » allemand focalise la grogne populaire sur des bouc-émissaires, les Juifs (les musulmans et les immigrés réfugiés). L’Allemagne compte alors 6 millions de chômeurs et 8 millions de chômeurs partiels (en 2015 en France 5,5 millions de chômeurs). La montée du Parti national socialiste est favorisée par une grave crise économique conjuguée à une crise politique. L’un de ses slogans est alors « du travail et du pain ».

À la tête du Parti Nazi, Adolf Hitler a compris que pour convaincre les masses, il ne faut pas argumenter, mais séduire et frapper les esprits (Marion l’a compris aussi). Tout est promis à tout le monde. De cette manière, il convainc l’électorat de la couche moyenne inférieure, les paysans, les artisans, les petits propriétaires, les ouvriers et une part importante de croyants, un électorat qui sera, plus tard, amené à regretter amèrement son vote. L’absence d’un programme détaillé est masquée par le mythe qu’incarne le brillant orateur qui galvanise son auditoire.

Hitler ambitionne de créer un espace vital d’où les juifs seraient absents. Pendant les années 30, ces derniers sont persécutés pour les inciter à quitter le pays (Le FN focalise sur les arabes et les musulmans). En 1933, le Parti Nazi porte Adolf Hitler au pouvoir. À partir de ce moment, les autres Partis politiques seront écartés et seul le Parti Nazi sera autorisé jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. La propagande va mythifier le militant nazi en le présentant comme un héros prêt à donner sa vie pour la cause. Dans une approche manichéenne, les Nazis sont des « patriotes » et les autres, les agents de l’extérieur, ennemis de l’intérieur. Pendant cette période, les relais de l’idéologie nazie en Europe sont nombreux. En France, le Parti populaire français et le Rassemblement national populaire y sont favorables. Ils alimenteront plus tard les rangs de la milice.

Avec la montée du Front national, cette idéologie semble reprendre force et vigueur dans la France du début du XXIème siècle confrontée à une conjoncture économique et politique comparable à celle des années 1930/1940. Rassemblant toutes les frustrations,  le Front National progresse dans l’électorat au même rythme soutenu qui a porté le Parti national socialiste à gouverner l’Allemagne en 1933. La progression se fait insidieusement avec pour seul programme avéré un nationalisme basé sur la xénophobie et le racisme qui désignent des bouc-émissaires et nourrissent la haine de l’autre. Le défaut de crédibilité des Partis démocratiques de gouvernement et leur incapacité à résoudre les problèmes, s’ajoutent à la dénonciation des structures supranationales extérieures comme cause principale de la crise économique. Il est inutile de faire état d’un programme structuré devant cette évidence compréhensible par tous.

Est-il sérieux ou « patriote » d’oublier où mène cette idéologie qui a plongé l’Europe dans l’horreur ? 18,97% des Bretons semblent dans ce cas. Il appartient à ceux qui ont de la mémoire de le leur rappeler.

Deux factions différentes, une même idéologie de la haine

Pour ce qui concerne l’outils idéologique de l’Islamisme radical, nous avons à peu de chose près les mêmes leviers, amplifiés par un lavage de cerveaux qui persuade le génocidaire qu’il agit au nom de Dieu. Le rapprochement de la jeune Marion Maréchal-Le Penn avec les milieux catholiques, dans le sud de la France, fait penser à une alliance avec les catholiques pour faire front et bouter l’Islam hors de la région. L’attitude de l’épiscopat de France pendant la campagne électorale de fin 2015 reste ambiguë. L’attitude du Vatican pendant la période nazie n’était également pas très claire. La haine de l’autre sème le trouble pour coaguler la conscience nationale contre un ennemi commun. Le rejet de la culture, des arts et de l’instruction conduisent à une dictature qui conduit à une même abomination, nier l’individu dans son humanité, au profit d’un collectif uniforme et d’une pensée unique. La République a écrit ses propres textes pour organiser la société sur la base de valeurs universelles et humanistes, mais faute de vouloir les appliquer, au nom d’une liberté d’expression dévoyée, la gouvernance du pays  est aujourd’hui accessible aux tenants des idéologies totalitaires renégates et anti-républicaines.

Jean-Marie le Penn a créé le Front National avec les nostalgiques de  la Révolution nationale du Maréchal Pétain et les partisans d’un régime fort et du culte du chef, dans le but d’imposer son idéologie à un peuple rassemblé sous la devise « Travail –Famille- Patrie » qui évacue les notions perturbatrices de Liberté, d’égalité et de fraternité. Marine le Penn, la fille ingrate, s’est attachée à faire oublier l’idéologie nauséabonde du Parti, qui se révélait au rythme des petites phrases de son père, avec l’espoir de briser le plafond de verre de la conscience républicaine et de progresser sur la voie du Pouvoir. Marion, la petite fille récupère les troupes et réhabilite l’idéologie de son Grand père en les dissimulant derrière un visage angélique et une rhétorique qui a fait ses preuves en Allemagne avec la montée du National socialisme. Les jours de sa tante à la tête du Front National sont comptés.

Les mêmes causes seraient-elles fatalement à l’origine de mêmes événements ? L’avenir nous le dira. En attendant, les Partis traditionnels de gouvernement font voter les lois répressives (Perben I et II) de l’ère Sarkozy aux mesures restrictives de liberté (état d’urgence sans contrôle de l’appareil judiciaire et justice d’exception de la période Hollande). Ces dispositions mettent à mal les principes de la République et la devise nationale. Le F.N. en fera son miel le jour venu.

Allez ! joyeux Noël à tous et une fête du Bout de l’an dans le partage et la fraternité au sein de l’espèce humaine.

Nedeleg laouen ha bloavezh mat deoc’h-holl !

Kan ar peulvan 20 décembre 2015

Dernière mise à jour le 23 janvier 2016